No Comments

Joyeux Anniversaire Authoritas : 10 ans ! 1ère partie

10 leçons apprises de la construction d’un logiciel SEO

Waouh ! Où est passée la dernière décennie ?

Il semble qu’hier encore, nous étions dans mon garage à écrire les premières lignes de code pour le logiciel SEO qui allait devenir Analytics SEO. Mais en fait, c’était l’été 2009 et Mark, mon premier employé et directeur technique, était en train de coder sa 1ère plateforme SaaS (Software as a Service).

Depuis quelques années, nous dirigions une petite agence digitale spécialisée dans le développement de sites web et de projets SEO. Nous avions commencé avec des clients de l’industrie du golf (en raison de mes relations issues de mon hobby devenu business) et nous avions étendu nos activités aux hôtels de golf, ainsi qu’aux marques et boutiques eCommerce.

Bien que de petite taille, nous devions déjà faire face aux défis auxquels la plupart des agences étaient confrontées ; à chaque gain de nouveaux clients, nous avions le défi insurmontable d’offrir plus de travail de qualité en moins de temps. J’ai passé la majeure partie de mes journées de travail à me sentir un peu comme Sisyphe.

Naturellement, nous nous sommes tournés vers la technologie pour résoudre cette problématique. Il y avait quelques outils de référencement organique “artisanaux” à l’époque (SEOChat, SEOBook, WebPosition Gold, Xenu, IBP et SEOMoz pour n’en nommer que quelques-uns) qui nous étaient familiers, mais ils étaient principalement des outils indépendants traitant une problématique spécifique.

Bon nombre d’entre eux étaient également sur CD ou nécessitaient une intervention manuelle sur le Web chaque fois que vous vouliez effectuer une analyse de site. Nous ne trouvions pas une seule plateforme basée sur le Cloud et orientée autour de l’automatisation de la gestion d’un projet SEO. Nous avons donc décidé de construire notre propre logiciel SEO. Nous voulions construire une plateforme SaaS qui “optimise notre façon d’optimiser”.

Et c’est ce que nous faisons depuis 10 ans !

Laurence-Matt-logiciel-seo-authoritas
Laurence (CEO) et Matt (Product Manager) lors de notre Christmas Party !

J’écris donc cet article pour mettre en lumière cette étape importante et remercier nos fantastiques clients, mon équipe extraordinaire et les investisseurs qui nous ont soutenu. En résumé, tous ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à nous mener jusqu’ici.

2009 – Le démarrage

Comme tout bon entrepreneur, nous avons débuté modestement et les premières années ont été passées dans mon bureau à domicile et dans mon garage.

Nous avons commencé à construire notre logiciel SEO à l’été 2009 et en septembre 2009, nous étions prêts pour un lancement en douceur auprès de sympathiques clients, suivi d’un lancement plus officiel au mois d’octobre lors du salon et conférences du Search Engine Strategies.

Dans mon aventure précédente, j’avais eu le privilège de publier quelques DVD de golf avec le légendaire instructeur de golf et sans doute le meilleur entraîneur européen, Pete Cowen, professionnel PGA Master. J’ai beaucoup appris au sein de son entreprise (et j’ai considérablement amélioré mon golf, tout en réussissant à vendre des milliers de ses DVD), mais il y a eu une “leçon” qui a vraiment touché une corde sensible chez moi. C’était en octobre 2010 quand Pete entraînait Lee Westwood pour le titre de numéro un mondial (écartant ainsi Tiger Woods de la première place). Il me mentionna tous les aspects du jeu de Lee qui pouvaient encore être améliorés (ou comme il était plus susceptible de l’avoir dit : “pas au point”). Nous avons ensuite parlé de la “Philosophie Slight Edge” et du fait que ce n’est pas une seule et unique chose qui vous amène au sommet du domaine dans lequel vous êtes, mais des centaines de petites choses – et vous avez “juste” besoin d’être meilleur que la concurrence dans la plupart de ces choses pour pouvoir espérer la battre.

Nous nous sommes donc efforcés de construire une multitude d’outils et de données intégrés qui (le cas échéant) analysaient et visualisaient en permanence vos performances dans le contexte de votre marché et concurrence. Nous avons essayé de construire un processus automatisé qui pourrait fonctionner pour des milliers de sites Web, et qui aiderait un utilisateur ou une équipe à créer un processus d’amélioration continue de son référencement organique.

Notre premier outil était un outil de classement de mots-clés en vrac qui permettait de vérifier vos positions aux États-Unis ou au Royaume-Uni, et de comparer ces résultats dans une feuille de calcul. On a trouvé ça plutôt cool ! Nous l’avons présenté à quelques clients proches et ils l’ont validé. Nous en avons donc construit d’autres – le suivant était un outil basique d’audit de sites qui effectuait des audits quotidiens. D’autres outils ont rapidement suivi et peu de temps après, nous avons connu nos premières ventes. Nous avons alors complètement abandonné la vente de sites Web et la prestation de services SEO.

Mon entreprise de golf qui s’est transformée en une entreprise de refonte de sites Web et de services de référencement s’appelait “Dizzy Heights UK Limited” – parce qu’on entendait souvent des commentateurs sportifs dire qu’un joueur avait atteint le “Dizzy Heights” en tant que numéro 1 mondial. C’était un bon nom, puisqu’il reflétait le concept d’arriver numéro 1 sur Google ; nous avons donc gardé ce nom pendant quelques années.

Cependant, nous avons finalement décidé que nous avions besoin d’un nom orienté SEO et nous avons opté pour Analytics SEO.

authoritas-team
La team Authoritas “back in the day” !

Leçon 1 – Le Branding est plus important que ce que vous pensez.

Nous avons choisi Analytics SEO pour deux raisons. Il décrivait de façon générale notre secteur d’activité et les EMD (Exact Match Domains) fonctionnaient bien dans Google ! Bien jusqu’en octobre 2012, avant que Google lance sa mise à jour de l’algorithme EMD. L’avantage du classement s’est alors dissipé.

Les inconvénients du nom de marque Analytics SEO ont été qu’il n’était pas assez distinctif ou mémorisable, et cela ne nous a pas aidé à commercialiser l’entreprise. C’était assez commun et cela aurait pu être le nom de centaines d’agences ou de bureaux de consultants du secteur. Enfin, il y avait une autre société appelée SEO Analytics, et beaucoup de monde nous confondait.

Si je pouvais revenir à cette époque aujourd’hui, je choisirais Authoritas.

Voici à quoi ressemblait le premier site Web Analytics SEO !

analytics-seo-homepage

Et voici la v1 de la plateforme SEO :

analytics-seo-site-v1

À ce jour, je ne sais toujours pas pourquoi nous avons choisi le rouge et le noir. Je suis un fan de Liverpool, mais avec le recul, cela ressemble plus à Manchester United qu’à Liverpool !

Leçon 2 – Les couleurs de l’interface utilisateur sont plus importantes qu’il n’y paraît.

On a choisi le rouge. Nous aurions dû choisir une palette de couleurs plus neutre. Mieux encore, nous aurions dû engager un designer UI/UX. Ils existaient vers 2010, mais l’étendue et la profondeur des recherches, le contenu autour de la conception d’interfaces utilisateur pour les plateformes SaaS, et l’utilisation appropriée de la couleur et de la typographie, sont beaucoup plus importantes aujourd’hui.

Si j’avais à nouveau le temps, j’opterais pour le bleu des Wycombe Wanderers (mon autre équipe de football favorite).

Heureusement, vous pouvez voir dans les onglets du menu en haut de la page que nous construisions des outils SEO autour du processus SEO, ce en 5 étapes :

  • Audit de site
  • Recherche
  • Définition des objectifs
  • Optimisation On-Site
  • Optimisation Off-Site
  • Mesure des résultats (ROI)

Cela a évolué au fil des années vers un processus flexible de référencement organique et de marketing de contenu en 6 étapes, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

pie-chart-authoritas-features

Pendant les premières années, nous avons travaillé presque sans relâche tous les jours et souvent les soirs également. De courtes pauses déjeuner étaient prises dans mon jardin, regardant notamment Mark pratiquer son Tai Chi. Ces pauses étaient généralement sans incident, mais le jour où il a apporté une longue épée au travail pour pratiquer son art m’a quelque peu inquiété… Depuis, Mark s’est envolé vers de nouveaux horizons et il va très bien.

J’ai dû aller jusqu’en Afrique du Sud pour embaucher Nic, notre Directeur Technique actuel, et je suis heureux de l’avoir fait – il est l’une des personnes les plus intelligentes, les plus gentilles et les plus instruites que je connaisse. Il est le cerveau derrière la prochaine génération de notre logiciel SEO (v6) que nous développons actuellement.

Les premières années ont impliqué beaucoup d’essais et d’erreurs, beaucoup de correction de bugs, un déluge de nouvelles fonctionnalités et de tentatives continues pour que le logiciel se charge plus rapidement. Les spécifications ont été gribouillées sur un tableau blanc et les histoires écrites sur des cartes Rolodex !

Leçon 3 – Donner aux clients ce dont ils ont vraiment besoin, et non ce qu’ils désirent.

Les clients sont évidemment une grande source de feedback et d’inspiration pour n’importe quel produit. Mais ils peuvent également vous entraîner dans une course folle pour obtenir monts et merveilles. Le danger avec cette approche est que le logiciel peut devenir lourd et l’interface utilisateur peut manquer de fluidité. L’expérience initiale serait ainsi « assommante » pour les nouveaux utilisateurs. 

Vous pouvez vous retrouver avec une liste complète de fonctionnalités, mais lorsque vous regardez les données, beaucoup d’entre elles ne seront presque jamais utilisées. Ironiquement, quand vient le temps de « passer à l’action », ce que les clients veulent vraiment, ce sont les éléments essentiels délivrés en temps et en heure.

Nous avons perdu beaucoup de temps au cours des premières années de développement. Nous avons couru pour développer de nouvelles fonctionnalités couvrant l’ensemble du processus SEO et avons passé moins de temps que nous aurions dû pour corriger les bugs ennuyeux d’ergonomie et de performance. 

Si j’avais à nouveau le temps, je construirais 50% des fonctionnalités, mais deux fois mieux.

L’entreprise a été piégée. J’ai travaillé pour rien. Mais chaque employé s’est toujours rapproché le plus possible d’un salaire concurrentiel sur le marché.

En 2012, nous avons fait une « tournée » afin de récolter quelques « graines » par-ci par-là (de personnes que nous connaissions et aptes à nous aider) et nous avons emménagé dans notre premier bureau à Teddington (à 5 minutes à pied de chez moi, là où tout a commencé).

Je me souviens avoir acheté le mobilier de bureau à partir d’une liquidation de bureaux sur eBay, et de les avoir entreposés chez moi pendant quelques semaines, jusqu’à ce que nous déménagions. Entretemps, nous les avons utilisés pour la fête du quartier, afin de célébrer le soixantième anniversaire de la Reine !

Le premier bureau était ouvert et n’avait pas de salle de réunion – nous avons donc développé une culture très ouverte basée sur des communications transparentes et honnêtes. Littéralement, il n’y a jamais eu de place pour la politique au bureau. En fait, il n’y avait pas beaucoup de place tout court ! Un rack serveur d’occasion (eBay à nouveau), une imprimante empruntée, 12 bureaux et une fontaine à eau.

Nous avons été entassés pendant quelques années jusqu’à ce que nous ayons assez grandi pour déménager au sein de notre bureau actuel à Twickenham, où nous sommes installés depuis six ans maintenant.

Leçon 4 – En tant que CEO, lorsque vous choisissez l’emplacement de votre bureau, ne choisissez pas celui qui vous convient le mieux.

Si je pouvais remonter à nouveau le temps, je déménagerais à Twickenham plus tôt. C’est une ville plus grande avec de meilleures liaisons de transport vers Londres. Cela aurait facilité les premières embauches. J’aurais aussi eu une salle de réunion (mais je n’aurais pas changé la culture ouverte et amicale de l’entreprise).

Le déménagement au sein du nouveau bureau a été fantastique pour toute l’équipe. Je suis heureux d’avoir pu persuader le propriétaire de poser un plancher Karndean plutôt que la terne moquette de bureau grise – il a bien résisté à l’épreuve du temps et j’aurais probablement dû remplacer la moquette au moins deux fois à l’heure qu’il est, vu la quantité de nourriture, café, thé et bière qui a été renversée au cours des années. Le bureau est lumineux et aéré et dispose d’un parking et d’une connexion WIFI dans le jardin – idéal pour les barbecues en équipe et la pratique de mon swing de golf !

Leçon 5 – Si vous recueillez des fonds, recueillez beaucoup plus, beaucoup plus tôt.

Nous avons été assez tôt sur le marché, et si ce n’est pas le premier, alors certainement parmi les premières plateformes SaaS SEO.

Nous n’avons recueilli que 750 000£ à une époque où d’autres recueillaient des dizaines de millions de dollars.

Nous l’avons fait durer le plus longtemps possible et avons agi avec prudence (je dis maintenant avec « trop de prudence ») à un moment où nos concurrents brûlaient de l’argent pour investir dans le développement de produits et accélérer les ventes et le marketing. Cette injection de fonds a aidé beaucoup d’entre eux à nous rattraper et à nous dépasser. Nous restons très compétitif en termes de fonctionnalités et de données, car vous ne pouvez ajouter autant d’ingénieurs à un projet que si vous obtenez la forme en U inversé de la productivité – mais leur budget marketing leur donne accès à de nombreuses autres tribunes.

Si nous avions recueilli davantage de fonds, nous aurions peut-être pu aller plus loin aujourd’hui. Qui sait, peut-être aurions-nous pu nous retirer avec succès et quelqu’un d’autre aurait pu écrire ce billet. Cependant, il ne suffit pas d’amasser de l’argent ; Linkdex a amassé plus de 12,6 millions de dollars et nous les avons acquis à l’été 2018 pour une part infime de ce montant.

Si j’avais à nouveau du temps, je recueillerais plus. Vous ne saurez jamais de combien vous avez besoin, mais vous aurez certainement besoin de plus que vous ne le pensez !

Lisez la 2ème partie de cet article et découvrez les 5 autres leçons que j’ai apprises dans l’industrie du SEO et du SaaS au cours de ces 10 dernières années.

Image vignette : Stephanie McCabe sur Unsplash.

Photo : Annie Spratt sur Unsplash

You might also like
Menu